Docteur ROLLET Daniel | Orthodontiste - 1 rue du Moulin Vieux PONTARLIER 25300 - 03.81.46.57.44

1-   Pendant la dernière décennie les appareils de prophylaxie en silicone ont fait leur apparition  dans le traitement orthodontique précoce. Vous êtes LE concepteur de la ligne EF. Selon vous, qu’est-ce qui impose le traitement orthodontique précoce ?

Avant tout, il faut regarder nos patients dans leur ensemble que ce soit au niveau de la bouche (dentition bien-sûr, posture linguale et labiale, déglutition), mais aussi de la face (profil, sillon labio-mentionnier, ventilation) et de la posture (par exemple les cas de classe II type 1 sévère entraine souvent une lordose cervicale et lombaire).
Si une des fonctions de la zone oro-faciale se trouve perturbée, nous aurons une incidence sur la croissance et l’évolution dentaire de notre patient.
La déformation dentaire s’accentuera et le traitement orthodontique sera plus difficile et donc plus long.
D’où la nécessité de corriger chez le jeune enfant ses problèmes fonctionnels, en denture lactéale afin de permettre à la croissance et à l’évolution dentaire de se produire sans contrainte.

2-   Pouvez-vous nous indiquer les paramètres des anomalies orthodontiques pour lesquelles l’application des appareils EF est indiquée ?

Toutes les déformations dentaires peuvent être corrigées avec les gouttières d’éducation fonctionnelle qui seront choisis selon l’âge du patient et le type de déformation.

Les appareils ont six objectifs primordiaux :

–    Respiration : l’appareil oblige l’enfant à respirer par le nez.
–    Pré-alignement dentaire : une indentation légère permet d’aligner les dents en contrôlant les milieux.
–    ATM : déverrouillage des ATM par une épaisseur postérieure qui descend le condyle avant de réaliser la propulsion.
–    Sillon labio-mentonnier : lip bumpers qui mettent la musculature péri-orale à distance.
–    Mise à distance de la musculature péri-orale grâce à une forme ACCU form.
–    Guide-langue : pour aider la langue à remonter pour retrouver une posture haute.

Pour une déformation de classe II type 1, vous poserez un EF2 ou EF3 selon l’âge du patient et qui a la particularité d’avoir une rampe à langue et des bumpers plus importants pour permettre à l’enfant d’y glisser le maxillaire et la mandibule malgré le décalage dentaire.

Le cas de classe II type 2 avec plus de supraclusion portera une gouttière EF start ou EF Trainer Slim, à déterminer selon son âge, pour augmenter le périmètre d’arcade supérieur et libérer la croissance de la mandibule. Ceci est possible grâce au stretching musculaire.

Le patient en classe III dentaire se verra prescrire un EF CLASSE III conçu avec un overjet de 2 à 3 mm et des lip bumpers inférieur et supérieur.

Le patient souffrant de problèmes d’articulations temporo-mandibulaire portera également ce type de gouttière pour descendre les condyles et libérer les ATM.

Pour les cas de bruxisme et la mastication, la gouttière va désengrammer les mauvaises habitudes, recentrer las condyles pour équilibrer la mastication.

Il existe des gouttières fonctionnelles appropriées à chaque déformation, à nous de faire notre diagnostic et de prescrire l’appareil adapté.

3-   Dans quels cas utilisez-vous obligatoirement un appareil en silicone ?

Je n’utilise plus  d’appareils rigides de propulsion car j’obtiens les mêmes résultats avec les gouttières EF tout en améliorant la mastication, la respiration et la posture linguale.

Les gouttières sont fabriquées en silicone (sans Phtalate) ou en PVC (sans Biphénol A). Le choix entre les deux matières en revient au praticien qui préfèrera un matériau plus souple avec un PVC par exemple.

4-   Pouvez-vous nous dire, à nous orthodontistes bulgares, quelles sont les contre-indications pour l’utilisation d’appareils en silicone ?

Si vous voulez parler du matériau en lui-même, aucune. Je n’ai à l’heure actuelle rencontré aucune allergie ou toute autre pathologie liées au silicone ou au PVC.

Pour les différents types de déformation, il n’y a aucune contre-indication.
Le port est difficile voire impossible en phase de rhinite allergique aigue.

5-   Est-ce que les appareils en silicone peuvent provoquer des effets iatrogènes chez le patient ? Si oui, dans quels cas ?

Non, aucun.

6-   Quels sont les résultats à long terme après un traitement avec les appareils EF Line ?

La stabilité dentaire évidemment, un risque de récidive fortement diminué puisque vous aurez corrigé les fonctions néfastes (posture linguale, labiale, ventilation, succion digitale… et vous aurez diminué les contraintes fonctionnelles sur les dents.

7-  Quelles sont les déformations orthodontiques qui peuvent être définitivement guéries après utilisation des appareils EF ?

Plus le cas est vu tôt, plus on corrigera facilement les problèmes en évitant les dispositifs fixes. A l’inverse, si vous voyez le patient tardivement, vous utiliserez la gouttière fonctionnelle en aide au traitement multiattache.
On constate sur 100 cas traités :     – 80% de réussite (50% auront un traitement fixe plus court et 30% n’auront pas besoin de multiattache)

-20% d’échecs (appareils non portés)

8-   Quels sont les symptômes qui indiqueraient que les patients ne supportent pas ces appareils ?

Une irritation de la muqueuse due au frottement, un frein lingual blessé par une rampe à langue trop haute. Vous solutionnerez tout cela en corrigeant et en adaptant la gouttière à l’aide d’une meule ou d’un scalpel et vous conseillerez au patient de ne pas parler avec et de rester centré avec son appareil.

Également la présence d’aphtes dus aux frottements. Le virus disparait après quelques jours avec un traitement adapté.

Les patients avec de problèmes respiratoires sont plus difficiles à corriger et le temps avec l’appareil sera plus long et les exercices plus importants.

9-   Dans quels cas devons-nous admettre qu’ils ne peuvent être utilisés, et au contraire dans lesquels devons-nous insister pour que le patient le porte ?

En général, ces gouttières sont confortables et ne posent pas de problème particulier.

Il sera plus difficile de prescrire un appareil fonctionnel à un patient souffrant d’une pathologie grave et qui ne pourrait assumer d’autres contraintes avec le port d’une gouttière.

Vous allez par contre insister auprès du patient qui présentera un classe II type 1 car le but est de préserver ses dents et d’éviter qu’il ne se les fracture en cas de chute par exemple.

De même, le patient qui suce un doigt déforme son palais, vous lui expliquerez pourquoi il est nécessaire d’arrêter cette mauvaise habitude…

10-  Dans votre article : « Influence des problèmes fonctionnels dans les déformations liées à l’orthopédie dento-faciale » qui fut présenté aux orthodontistes bulgares, vous préconisez l’éducation fonctionnelle. Dans ce cadre, pouvez-vous nous présenter les principes fondamentaux de l’éducation fonctionnelle ?

L’éducation fonctionnelle est une forme d’interception des malocclusions, qui permet de neutraliser les fonctions de la sphère oro-faciale afin de donner la possibilité à la croissance de s’exprimer sans contrainte.
Elle améliore la ventilation, la déglutition, la mastication et la posture procurant un bien-être au patient ainsi qu’un pré alignement dentaire garant d’une meilleure image de lui-même.

Avant le pic pubertaire, nous essayons de remettre la croissance normale dans le bon chemin en supprimant les contraintes
La déformation ne va pas s’aggraver et les fonctions respiratoires, masticatrices et musculaires vont être améliorées. L’enfant pourra se développer sans altération de la croissance.

Au moment du pic pubertaire, les appareils vont stimuler la croissance comme les appareils rigides de propulsions, mais en améliorant les autres fonctions respiratoires, masticatrices, posture et tonus musculaire…..
Ils vont agir dans les trois sens de l’espace et seront plus confortables

Chez l’adulte, l’éducation fonctionnelle va supprimer des contraintes musculaires engrammées  depuis longtemps, déverrouiller les ATM et permettre une mécanique plus douce car on enlève des obstacles.

Espace

pro

Urgences

03 81 46 57 44